Récidive

Je suis coupable de récidive
J’ai recommencé
Mais ce n’est pas un crime
Juste une occupation
A trop lire,
Il était temps aussi d’écrire

Lors de ma première participation aux Défis du Samedi dont je vous parlais ici il fallait donner à quelqu’un un lieu qui ne nous appartenait pas. Voila, avec moi, ça avait donné ça :

Ma meilleure ennemie

Pour ce défi, j’offre Paris
À ma meilleure ennemie.

Je lui offre la Tour Eiffel
Qu’elle s’y jette, la belle !
Je lui offre l’Obélisque
Pour qu’elle se le glisse…
Je lui offre le métro
Que la foule lui casse le dos,
Ou encore mieux (mais ce serait trop beau)
Quelle finisse dessous en petits morceaux…

Je lui offre les crottes de chien
Des clébards des parishiens
Qu’elle marche dedans
S’étale & se casse les dents.
Je lui offre la pollution
Qu’elle lui remplisse les poumons.
Je lui offre la malpolitesse
Qu’elle s’y blesse.
Je lui offre l’indifférence
Qu’elle devienne rance.

Je lui offre la dite « plus belle avenue du monde »
Qu’elle y dépense tous les sous de son z’hom et qu’il la gronde.
Je lui offre les pickpockets & autres fripouilles
Qu’on lui mette les mains sur les fesses et la tripatouille.
Je lui offre aussi le Musée du Louvre
Qu’elle soit moins un chouia moins gourde.

Je lui offre la capitale
Car c’est son Saint Graal
Qu’elle soit Parisienne
Cette foutue chienne…
Bienvenue parmi les Parigots
Ma chère tête de veau

Et la semaine dernière, dans les Défis du Samedi, il fallait s’oublier. Pari réussi, j’ai même un peu oublié la consigne…

Trop fumé d’avoine et de marroco

Aveu :

Je plaide coupable
(mais pas responsable)

De détournement de sujet.
Saurez-vous me pardonnez ?

L’amnésie que c’était

J’l’ai un peu transformé.

C’est devenu

Je ne me remets plus

Au réveil,

Plus de fiel

A deux années lumières d´ici, j´habite, peut-être est-ce ailleurs
J´n´reconnais plus ma vie, ça me fait peur
Je vis dans un monde qui n´existe pas
Sans ma haîne je ne suis plus tout à fait moi…

Depuis ce matin, j´ai égaré ce que j´étais
Cette guimauve ne me dit rien, avec ce sourire niais
On peut bien m´appeler chérubin ou agnelle
Sans toi, ma haine, peu m´importe qui m´appelle…

Comment dit-on « j’t’emmerde », je ne sais plus
Le parfum d’un juron, je n´le sens plus
Comment fait-on la gueule, si j´avais su
J´ai tout oublié, j’ai cessé de détester…
Les mots colorés et grossiers, je ne crie plus
Et le sens de l´insulte, je l´ai perdu
Comment faire un doigt d’honneur, si j´avais su,
J´ai tout oublié, j’ai cessé de détester…

A mon état fripouille d’origine j´ai essayé de revenir
De mettre un peu d´ordre dans mon anté-coeur, de le rafraîchir

Je m´suis coupé ces ridicules tresses, j´ai rasé les murs
Ce que j´ai fait, je n´en suis pas sûre…

J´ai tout oublié, j’ai cessé de détester…
J´ai tout oublié, je ne sais plus vociférer…

Au secours, je ne me reconnais plus !

Qui c’est ce bisounours qui squatte dans ma vie ?

J’en veux plus, de ce gros plantigrade cul-cul,

A bas les niaiseries, je préfère les vits !

Rendez moi ma vie, ma haine,
Ma verve et mon aversion, mes chaînes…

Ne t’inquiète pas,

Rendors toi, je suis là.

Ce n’est qu’un mauvais rêve,
Une très courte trêve.

Tu te réveilleras bientôt,

Non pas frais et dispos,
Mais perverse et putride

Comme à ton habitude !

En y songeant, tu te bidonneras,
Comme une hyène tu ricaneras,

Charognard hilare et rigolard,

Au souvenir de ce cauchemard

© Cartoonita – Landofmyself

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s