Samedi, c’est défi d’écriture, un bonheur

Qui ne connait pas encore les Défis du Samedi ?

La semaine dernière, la consigne d’écriture était de poser un œil neuf sur notre quotidien enlisé dans ses petites habitudes pour y voir l’exceptionnel, en truffant le texte de la répétition d’une même phrase.

–> A défaut d’avoir participé pour cause de vadrouille en Normandie,
je vous livre mon top 5 :
La vie sourit à Val, ou comment voir la vie en rose
Difficile à croire de Tilu, ou la maîtresse est une fée
Coa, coa !! de MAP, ou les grinouy se secouent les cuisses
Quotidienne magique de Adi, ou la féérie de l’ilictriciti
Tout est relatif de Teb, ou y’a de l’animation dans le quartier

Cette semaine, nous avions pour consigne de faire un inventaire de notre boîte à petits bonheurs avec tous les souvenirs qui s’y rapportent.

–> Ma préférée (une seule… parce que des fois, miracle, j’arrive à choisir !) :
Cap sur le bonheur de Janeczka, où la géographie du cœur

–> Et ma participation :

Il y a

Dans ma petite boîte à bonheur…
Il y a le brouillon d’un petit billet à composer pour une amie en détresse.
Il y a plein d’autres idées de cadeaux pour faire plaisir à ceux que j’aime.
Il y a de petites attentions pour mon compagnon.

Il y a des choses censurées, par pudeur – chasse gardée – et pour pas choquer les – de 18 ans.

Il y a bien évidemment la 3G : l’esprit d’une Gourmette Gourmande Goinfre.
Il y a mon amour immodéré pour le chocolat et toutes les bonnes petites choses de la vie qui transitent par l’estomac.
Il y a des pensées pour les moments de convivialité passés, les bons petits plats échangés avec des personnes aimées. Je n’oublie pas les couscous aux petits pois partagés avec mon frère, notre vache bleue qui rigole, ses bananes…
Il y a le souvenir de salivages, avec ce même frère, à l’évocation de nos crevettes adorées.

Il y a un émerveillement d’enfant devant la beauté de la nature, les n’arbres – que j’aime étreindre, folle ! – les papillons virevoltants, les espiègles piafs, …
Il y a une propension à sponsoriser les gosiers des moineaux via des dons de morceaux de pain. Car pourquoi attendre l’âge avancé pour s’adonner à cette occupation dite de gâteux ? Alimentons les zozios sur les bancs des jardins publics (on ne peut pas faire que s’y bécoter amoureusement !).

Il y a des milliards de pages lues et à lire, des milliers de livres à effeuiller, caresser puis dévorer fiévreusement.

Il y a une écolière qui préférait lire seule à la récré que jouer à la marelle avec les mini-humanoïdes qui l’entouraient et qu’elle ne comprenait pas.
Il y a une fillette qui jouait dans les champs avec un bâton et quelques plumes et partait dans ses mondes imaginaires.
Il y a, avec les cousins, des souvenirs de parties de ping-pong, de jeux perchés sur les ballots de paille où on s’inventait mille histoires.

Il y a des fous rires et plein de bêtises.
Il y a rêves qui tourbillonnent et mettent des sourires sur le visage.
Il y a un avion à réaction qui, en plus de faire des pirouettes, distribuer des cacahuètes et récupérer les nez de facteurs envolés, est toujours prêt à m’emmener dans les nuages pour rêvasser comme une bienheureuse.
Il y a un trou noir pour aspirer toutes les mauvaises pensées… [parfois en panne]

Il y a de l’export-import :
Il y a des bisous collés dans mon cou et à ma mémoire.
Il y a des lettres venues de loin, très loin pour une expatriée temporaire.
Il y a des colis, emplis de livres, de tablettes de chocolats et de mots rien que pour moi.

Il y a des liens, longs à tisser mais durs comme le roc.
Il y a de la place pour une tripotée de gens et il y fait chaud.
Il y a ma famille, mon amour, mes amis.
Il y a même de la place pour les animaux : matous de tous poils, toutous fidèles et aimants.
Il y a bien des gens qui n’y entreront jamais, le club est privé. Le vigile prévient : « Si t’es con, tu rentres pô ! »
Il n’y a pas de place pour les filous, les dissimulateurs, les menteurs et les traitres. Attention à pas abuser une fois entré, on peut aussi se faire éjecter par le videur. Et c’est définitif.

MAIS il y a encore de la place pour vous !

Il y a l’aorte qui pompe des globules rouges tout frais

Viendez dans mon cœur
Qu’on se donne du bonheur

Publicités

3 réflexions au sujet de « Samedi, c’est défi d’écriture, un bonheur »

  1. très belle boite !
    (je crois bien que tu as du y être (parfois) dans ma boite)

  2. Oh, c’est amusant, cette idée de choisir…
    Je n’y ai jamais pensé.
    Et puis moi, je prefere pas… j’aurais peur des résultats.
    Bisous.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s