Quoi de neuf sur les Défis du Samedi ?

Devenu adepte des Défis [d’écriture] du Samedi par la faute de Val, je vous tiens informés des dernières news défiesques.

– Pour le défi n°21, il s’agissait de décrire un avenir sans pétrole. Je n’y ai pas participé mais je vous mets en lien quelques uns de mes préférés : le dialogue farfelu de Joe Krapov, le texte tout en bruits de Joye et les illustrations de MAP (la 1ère et la 2ème)

– Pour le défi n°22, il fallait faire frémir de peur les lecteurs à la plage. Le texte que j’ai écrit rapidou est ci-dessous. Idem une petite sélection : celle de Martine et celle Joye, pour leur délicieux humour noir.

– Et pour le défi n°23 du 23 août, nous sommes mis au défi de raconter une histoire de brocante.

Mon texte d’horreur à la plage ci-dessous (cliquez sur Voir plus…)

Cours Lola cours… à la plage (Cartoonita)

Le soleil darde ses rayons. La plage de West Strand est noire de monde. Je tartine tendrement de crème solaire le dos de mon Manni. Soudain, HORREUR … Je sens la peau de Manni se désagréger sous mes doigts. Des trous verdâtres qui m’hypnotisent. Tandis que j’entends se rapprocher de moi des voix d’outre-tombe. Ne pas se retourner. Ne pas se retourner. Ne pas se retourner. On me tape sur l’épaule…
« Eh Madame, votre chapeau. Eh, je vous cause. » Mon sombrero qui s’était envolé. Un petit minet avec des lunettes Gucci qui me le ramène. C’était ça. Ouf, ça va pas mieux moi, j’arrête pas de psychoter. Pas de plaies purulentes, ni de zombies grouillants d’asticots et ce qui est entortillé autour de mes poignets, c’est les bracelets que Manni m’a offerts. Un clodo lui avait refilés dans le métro, tu parles d’un cadeau.

Je chope le tube de crème solaire et commence vraiment cette fois-ci à tartiner Manni. En chantonnant s’il vous plait. Et là, l’horreur. Mes doigts restent collés. Manni ! Il fond !!! Je crie.
Manni se retourne. « Qu’est-ce t’as Lola ? Pourquoi tu tripotes le Zwiebelkuchen ? T’as de drôles de façons de manger Lola, ma louloutte… ». Je me reprends, encore un trip, je devrais arrêter ces cochonneries, ça me réussit pas.

Je retourne à mon tartinage d’anti-UVA et UVB. Indice 30. Avec ça, il risque pas se transformer en écrevisse… Je souris en faisant naviguer mes mains sur son dos. Des grognements m’arrêtent. Manni se retourne brusquement. Son visage est déformé par la haine. Il me lance à la gueule des mots durs, crachés. Avec violence me jette à terre, sur le ventre. Je sens son souffle chaud contre mon cou, prêt à me mordre au sang. Il me murmure quelque chose.
« Eh Lola relève toi. C’est qu’un sale gosse déguisé en loup garou qui t’a bousculé. Ça va ?! »

Je me remets difficilement à la lourde tâche que ma confiée mon chéri : lui protéger le dos des coups de soleil. C’est alors que j’entends quelque chose siffler. On aurait dit un rapace. Bizarre. Mais ? Manni ? Sa tête roule sur le sable. Tranchée nette. Je tremble.
Non c’est un ballon. Des gosses qui jouent au volley. Et Manni qui s’était penché pour prendre quelque chose dans le sac. Je me secoue et respire lentement pour faire passer l’hallucination.

Le tube de crème à la main, j’essaie de rester calme. Mais ma vision se trouble. On m’attrape par les bras. Des hommes. Je les entends parler. Ils sont énervés « Putain, elle fait chier la vioque, encore dans le couloir en train de caresser le poster de Moritz Bleibtreu. » « Allez, Madame Färberböck, vous allez gentiment retourner avec les autres. Ils regardent le film. Ce soir c’est Swing Heil, il est très bien vous verrez. » « De toute façon, y’a que ça. » J’ai l’impression qu’on m’emmène quelque part. Tout est trouble.
« Oui, c’est une insolation. Il faut la réhydrater d’urgence. Appelez le 110. J’essaie de la réanimer. »

© Cartoonita – Land of myself

Pour info (merci Google pour certaines des dites infos) :
West Strand est une plage allemande nudiste
Lola et Manni sont les deux héros du film allemand « Cours Lola cours » (super). J’ai eu envie d’y faire un clin d’oeil
Moritz Bleibtreu est le nom de l’acteur qui joue Manni
Färberböck, prénom Max, il est le réalisateur du très beau film Aimée et Jaguar qui raconte l’histoire véridique entre ces deux femmes pendant le nazisme, l’une résistante juive allemande et l’autre blonde épouse aryenne
Swing Heil (de mémoire) est un film qui raconte l’histoire d’une bande de jeunes amoureux du swing (danse qui sera interdite) au moment de la monté du nazisme et des difficultés que connaitront leur amitié (l’un d’eux est juif)
Zwiebelkuchen : tarte à l’oignon (jamais goutté !)
le 110 : apparemment en Allemagne c’est le numéro des urgences (mais il me semble que le 112 marche partout en Europe maintenant…)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s