Siffler ma chienne

Au moment du sommeil. L’inspiration qui s’invite. Hésitation. Se lever ou pas pour écrire ? Prendre le risque d’oublier ? Bien au chaud dans le lit, prête à m’endormir je récite dans ma tête les quelques phrases qui me sont venues. En essayant de ne pas perdre le fil. Le lendemain, je m’en suis souvenu, alors le voilà ce petit texte (purement fictif) :

Siffler ma chienne

J’ai essayé. Je voulais aller là-bas. Je ne savais pas. Que c’était une rue mâlefréquentée. Mâles affamés. Ça a sifflé. Sexualité frustrée, agressivité. J’ai eu peur. J’ai fait demi-tour et j’ai filé. En serrant les fesses. Mes fesses de grosse salope qu’y’aurait fallu que j’ramène qu’on me les… J’aurais essayé.

© Cartoonita – Land of Myself
Décembre 2008, à Courbiche en se serrant les miches

Publicités

Une réflexion au sujet de « Siffler ma chienne »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s