proverbe australien

« Harris le Débineur avait cherché de l’or dans le Victoria pendant que M. Luton faisait avancer ses bœufs sur les lointaines pistes de l’intérieur. Mais, tout comme M. Luton, il avait trimé de l’aube au couchant, et il avait vécu parmi ceux qui avaient pour devise : « Si ton voisin a besoin d’une livre, donne-lui-en cinq. Si un nécessiteux mendie un croûton, donne-lui la moitié de ta miche de pain. » Il n’y avait là rien de sentimental, ces gens, avec bon sens, y voyaient simplement un prêté pour un rendu. »

Lu dans « Le prophète du temps » d’Arthur Upfield
(traduction de l’anglais par Michèle Valencia)

Publicités

4 réflexions au sujet de « proverbe australien »

  1. J’ai une tendresse pour ses personnages de « pionniers ». J’en ai retrouvé chez Annie Proulx et en ce moment dans un livre de Dan O’Brien.

  2. Joye, l’inverse est mon principal principe moral : ne jamais faire aux autres ce que je n’aimerais pas que l’on me fasse à moi ou à mes proches

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s