Allez !

Glissez vos envies
Dans une fente quasi
Humide du désir
De votre voix, messire

Ou pressez de vos doigts hardis
Le petit bouton frémissant
De satisfaire votre appétit
De changement

Urne ou machine, allez
Donc vite les tripoter
Nom de dieu, votez,
Faites pas chier !

Publicités

Je vais te crever

A plusieurs reprises déjà, je t’ai tuée
Et à chaque fois tu as ressuscité.
Tu te dresses toute fière ?
Fais plutôt tes prières !

creve-charogne

Eh bien je vais te crever.
Cette fois-ci c’est la bonne !
Je suis plus qu’armée
Adieu ma mignonne

armee

Allez une dernière chance
Tires donc ta révérance
Ou bien trépasse
Charognasse

tremble

Tu t’entête à squatter mon majeur ?
Je vais t’en extirper verrue de malheur !
Ah ah, tu trembles enfin ?
Vite, passe ton chemin !

Jalouse maladive ?

Moi, une jalouse maladive ?
Que me vaut d’être nommée ainsi
De cette expression dépréciative ?
Alors que j’ai juste envie
Que ma maitresse soit monogame
Est-ce trop demander à ma Dame ?

moi

Déjà qu’elle me trompe avec des animaux !
Oui, c’est vrai, j’ai même des photos !
Qui me brisent le cœur, la vilaine,
Je ne suis pas que de porcelaine !
Que lui faut-il de plus maintenant ?
D’autres belles la circonvenant ?
Une brune, ça ne lui suffit plus ?
Il lui faut une blonde en plus ?
Ou une de SA région ? Raciste !
Et je reste… Suis-je masochiste ?

eux

Et moi qui toujours l’aime
Me dévoue sans cesse pour Elle
J’affronte les ondes du four M,
Au poste je suis toujours fidèle
Je tiens au chaud ses breuvages
15 min même ! De l’esclavage ?
C’est qu’Elle les aime brûlantes
Sur ses lèvres mon Aimante

remoi

Alors Ô Ma Maîtresse,
Soit bonne avec ta fidèle Tasse,
Car pour Toi je me décarcasse
Je t’en prie ne te lasses
Épargnes-moi la polyandrie
Sois aussi fidèle que je le suis
Aime-moi
Infuse-moi

♥ Be my Valentine ♥

© Cartoonita – Land of Myself

PS : C’est beau tous ces petits coeurs einh ?
J’ai eu une brusque éruption d’adolescence…
Ce « poème d’amour tassier » trouve son origine
dans les commentaires échangés avec Aude ici

Adieu mes belles noires

Adieu… Mes belles noires se meurent
Après m’avoir révélé leur beauté intérieure

Agonisantes
Elles gisent
Un flash
Immortalisées
Inconsolantes

© Cartoonita – Land of Myself

PS : celles-là, elles ne seront pas réparées, peut importe ce qu’elles sussurent aux oreilles de mon chéri, on va bien au dela de mes compétences…

Pardon m’sieur l’charcutier !

Vous me prendrez bien
un peu de museau de porc ?

Du museau de porc

Il est bien gras
L’est gros, bêta

Et il a comme un air niais
Ça transpire pas l’intellectualité

C’est pas terroche
Vois tu
Ça s’effiloche.
Et ça pue

Et puis du goût ça n’en a pas
Ou mauvais comme j’te dis pas.

Tout ce lard
Quelle histoire

Votre museau de porc ?
Vous savez où vous…

© Cartoonita – Land of Myself
Décembre 2008, à Pôris