Secrets industriels

J’aurais peut-être une forte amende à payer… Peut-être même que j’irais en prison… Mais tant pis, cela me démange trop de le faire. Alors je le fais. Je vous les révèle ces secrets jalousement gardés par une entreprise dont je tairais le nom :

ENTREPRISE ÉCOLOGIQUE n°1

Il existe une méthode pour être le champion incontesté de l’écologie : se torcher le cul avec le code du travail. Recycler ces feuilles inutiles et ignorées, c’est ça le truc (sans les lire, bien sûr !)

SALARIÉS HEUREUX

Des salariés heureux sont des salariés impliqués. Et comment qu’on les rend heureux ? En les virant comme des merdes. Comme ça, ils ont la possibilité de trouver une entreprise digne de ce nom qui leur apportera le Bonheur avec un grand B.

ÉCRASER LA CONCURRENCE (mon préféré)

Comment éliminer définitivement ses concurrents : il suffit de… les tuer de rire !!

Qui dit mieux ??
Qui connait d’autres jolis petits secrets d’entreprise du même acabit ?

Publicités

Ah non on ne peut pas

Ah non, on ne peut pas vous garder

Vous travaillez trop
Même, vous travaillez

Erreur
Grossière erreur

Ici on surfe sur facebook
En prenant un air inspiré

On n’accepte pas les bosseurs
Que les facebookeurs

Notre saint patron
C’est Glandeur 1er

Ça va vraiment pas là
On ne peut pas accepter cela

Ah non on ne peut pas vous garder

© Cartoonita – Land of Myself – Juillet/Octobre 2008

Je HAIS office 2007

Office Deux Mille Sept,
Tu me casses les roupettes

J’fais ma crise
Car tu me les brises
J’en ai plein les ovaires
Et ça m’bouffe les nerfs

N’aurais-tu été inventé
Que pour me faire chier ???

PS :
Et ton « ruban », tu sais
Où tu peux te le carrer ?!


© Cartoonita – Land of Myself – Sept/Oct 2008
Quelle joie immense de migrer d’Office 2003 à 2007, n’est-ce pas ?

Refaire son CV

Refaire son Cul-rit-cul-hum-évitez ?
Le bon conseil dessiné de la « très sage » Évelyne Louvre Blondeau sur son blog : ici.

Je me dis que l’astuce pour me motiver et me lancer sérieusement à cette tâche Ô combien fastidieuse… est peut-être d’en faire un faux décalé, complètement « chtarbé » qui défoule. Et après attaquer « le vrai ».